Les deux MA 60 de Camair Co seront opérationnels avant la fète de Noèl
Source : CRTV : Dernière Mise à jour : 10/12/2015
Lu : 754 fois
S’exprimant dans les colonnes de Cameroun Tribune, Jean Paul Nana Sandjo indique que ce vol inaugural du 23 décembre prochain va se dérouler de Douala et Yaoundé. Par la suite, ces aéronefs vont desservir toutes les lignes intérieures, y compris Bertoua, Bafoussam Koutaba et Bamenda. Ces avions ont la réputation d’atterrir sur différents types de pistes. Toute la documentation préalable à la mise en circulation des avions a été obtenue par la compagnie aérienne nationale. La formation des personnels navigants et des mécaniciens est en voie d’achèvement auprès du fabricant de l`appareil en Chine.

2016 pourrait être une année capitale pour cette entreprise qui n’arrive pas encore à prendre son envol. Tout dépendra des résultats de l`audit de la compagnie et du plan de relance proposé par l`actuelle direction générale. L`exercice, confié à une équipe de Boieng doit permettre de justifier le déblocage des 30 milliards du plan de relance. Il serait alors question d`acquérir des aéronefs pour honorer les 15 escales du plan de vol de la compagnie. Pour

accélérerla réduction des charges, autre enjeu, il est envisagé de construire des ateliers de maintenance, d`acquérir un avion plus moderne pour affronter la concurrence sur la ligne Douala - Paris.

Avec une flotte minimale de 10 avions, Jean Paul Nana Sandjo espère envisager l’intégration d’une alliance dans le cadre d’un projet Camair-Co 2016-2019. Ceci passe par la certification ISO avant avril 2016, puis l’adhésion à l’IATA, la certification IOSA et l’entrée à la chambre de compensation des compagnies aériennes. L’optimisme du patron de la Camair-Co repose sur la compétitivité du marché camerounais du transport aerien. Il parle des onze fréquences hebdomadaires d’Air France, des sept de Royal Air Maroc et Turkish Airlines qui ont en moyenne un taux de remplissage de 80%.

L’intervention du DG de Camair-CO fait suite à une haute saison très difficile. Pendant les derniers mois, la compagnie a fait face à un manque d’appareils pendant les opérations du Hadj et les retours de vacances des membres de la diaspora camerounaise. Nana Sandjo explique que deux avions étaient en maintenance et un autre avait été saisi par son propriétaire. Malgré ce manque à gagner, l’entreprise doit entretenir des charges salariales de ses 700 employés. Un effectif que le directeur général juge conforme aux ambitions de l`entreprise.






Notez cet article :
1
2
3
4
5

 Envoyer cet article à un ami
 Articles du même auteur >>