Lions Indomptables: Pour Gaëtan Bong, l’équipe nationale du Cameroun est devenue un nid de corruption
Source : Autres : Dernière Mise à jour : 11/12/2015
Lu : 560 fois
Visiblement, Gaëtan Bong n’a pas encore digéré sa non sélection pour la Coupe du Monde Brésil 2014, alors qu’il venait de conclure une merveilleuse saison avec le Club grec d’Olympiakos (champion de Grèce). Dans une interview parue ce mercredi 09 décembre 2015 sur le site sofoot.com, le défenseur camerounais n’a pas mâché ses mots lorsqu’il s’est agi de revenir sur cet épisode de sa carrière. « Au Cameroun, il y a beaucoup de choses qui sont sorties comme la corruption. Et moi, je ne suis pas ce genre de joueurs. Je viens, je joue et je ne suis pas quelqu'un qui va acheter sa place. En 2010, Paul Le Guen m'a pris sur mes qualités, pas autre chose. » A-t-il indiqué. Le joueur qui évolue désormais à Brighton, actuel leader de Championship (D2) en Angleterre ne semble pas prêt de revêtir la tunique vert-rouge-jaune. « Le sélectionneur Finke m'avait rappelé, mais je lui ai dit que je ne voulais pas revenir tant que certaines choses n'avaient pas changé. Pour l'instant, j'ai mis de côté la sélection nationale. Je ne veux pas jouer pour la sélection si l'on ne juge plus simplement le sportif. » Explique l’homme de 27 ans, 12 sélections chez les Lions Indomptables.
 
Gaëtan  Bong dit avoir été déçu par l’image laissée par son pays lors de ce mondial brésilien. Il semble cependant dédouaner les joueurs tout en rejetant l’entière responsabilité sur dirigeants de football au pays des Lions Indomptables. « Ce ne sont pas les joueurs que je juge. C'est plus haut que ça. On sait qu'avec le Cameroun, ce n'est jamais simple. Je pense que tout n'est pas clair. Quand on sait qu'il y a de la corruption par rapport à certains joueurs, des échanges de bons procédés pour avoir des places sur le terrain, c'est sûr que ça devient électrique », pense l’ancien valenciennois.
 
Parlant de  Samuel Eto’o souvent accusé à tord ou à raison de contribuer à pourrir l’ambiance au sein de la tanière, il a été plutôt clément. « Samuel a toujours été plus qu'un capitaine. Il faut faire la part des choses. Peut-être que par moment, il a été maladroit, que des choses ont été mal faites, mais ça reste un humain. La plupart des choses, c'était pour aider notre pays. Pour les primes, c'est lui qui a tapé du poing sur la table. Il y a beaucoup de choses qui se passent, on n'est pas toujours d'accord entre joueurs. Il a fait son rôle de capitaine, de grand frère, tout est discutable. Maintenant, il a arrêté sa carrière avec la sélection et il a encore de grandes choses à faire pour le Cameroun. »





Notez cet article :
1
2
3
4
5

 Envoyer cet article à un ami
 Articles du même auteur >>