Sénat: Les couacs de la session de novembre 2015
Source : Autres : Dernière Mise à jour : 16/12/2015
Lu : 640 fois

Les 100 sénateurs du Cameroun ont clôturé le 11 décembre, leur dernière session ordinaire pour l’année 2015. Trente jours de travaux qui ont souvent connu des ratés. La Nouvelle Expression du 16 décembre s’est amusée à faire cet exercice. Le journal indique que parmi ces manquements, «on peut notamment relever le vote du budget du Senat devant leur Commission des finances et du budget. La Chambre de Niat Njifenji n’a pas en effet fait la queue avec les départements ministériels pour défendre son enveloppe budgétaire comme cela est prévu dans la Constitution. Une récidive qui viole de fait l’article 16 alinéa b de la Loi N°2008/001 du 14 avril 2008 modifiant et complétant certaines dispositions de la loi n°96 /06 du 18 janvier 1996 portant révision de la constitution du 02 juin 1972»

Ce texte prévoit que le Sénat défende son budget à l’Assemblée Nationale. Ce qui ne s’est jamais fait depuis 2013. A côté de ce raté «voulu», Lne rappelle que les sénateurs issus du Social Democratic Front (SDF) ont à un moment quitté le parlement. «Le 26 novembre dernier, les sénateurs du SDF, ont claqué les portes de l’hémicycle. La raison évoquée, l’agenda des ouailles du président national du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc)», précise le tabloïd.  

Les sénateurs du parti de John Fru Ndi avait commis un communiqué pour expliquer leur boycott: «c’est après avoir démesurément exploité et abandonné l’hémicycle dans un état désordonné et piteux, transformé le grand hall en salle de banquet d’une part, et d’autre part, en foire exposition-vente du matériel du parti (Rdpc, Ndlr) que les participants sont passés à un copieux festin agrémenté de boissons de toutes sortes et d’alcool (…) Les sénateurs du Sdf apprendront de manière informelle que la séance plénière initialement prévue à 14 h 00 est renvoyée à 17h30, le temps pour les fêtards d’achever leur «détente» et de remettre la salle en ordre». Irrités, ils ne reviendront jamais.

Il y a enfin l’absence remarquée du président Marcel Niat Njifenji. «Cependant la Désertion du président du Senat aurait été liée à sa présence à Paris. Marcel Niat Njifenji conduisait en effet la délégation des parlementaires camerounais à la Cop 21», nuance Lne.

Pour le reste, la Chambre haute a, tout comme la Chambre basse, examiné 6 projets de loi: «la loi portant sur la loi de finances 2016, de la loi régissant l’activité commerciale au Cameroun, de la loi de règlement, de celle autorisant le Président de la république à ratifier la convention relative à l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (Asecna), loi portant ratification de l’Ordonnance N°2015/003 du 13 aout 2015, modifiant et complétant certaines dispositions de la loi N°2014/ 026 du 23 décembre 2014 portant loi des finances de la République du Cameroun pour l’exercice 2015», relève enfin notre confrère.





Notez cet article :
1
2
3
4
5

 Envoyer cet article à un ami
 Articles du même auteur >>