LA CURIEUSE PLAINTE DE LA CL2P SUITE A LA CATASTROPHE FERROVIAIRE D?ESEKA DU 21-10-2016
Source : Camer.be : Dernière Mise à jour : 15/12/2016
Lu : 954 fois

Le mercredi 7 décembre dernier s'est tenue à Bruxelles, une séance de travail  entre Me Alexis Deswaef, Avocat au Barreau de Bruxelles, Inscrit sur  la liste des conseils de la Cour Pénale Internationale siégeant à La Haye, Président de la Ligue belge des Droits de l’homme et les représentants du Mouvement de février 2008, du Collectif Folefack, du Code et de l’asbl CEBAPH sur la préparation des actions juridiques à mener au cours de la prochaine semaine des martyrs du Cameroun qui aura lieu à Bruxelles du 25 février au 11 mars 2017.

#ActionJuridique Il était question  au cours de cette rencontre de préparer une action juridique qui permettra d'établir les responsabilités des personnes impliquées dans les meurtres commis lors des émeutes de février 2008 au Cameroun, aussi de savoir pourquoi des jeunes aux mains nues ont été assassinés. Jusqu'à ce jour, aucune famille des victimes n'a été indemnisé par l'Etat Camerounais.
        




        

Aussi, une action juridique sera entreprise  afin que justice soit rendue pour les jeunes encore emprisonnés au Cameroun dans le cadre de ces émeutes. Ceci constitue selon les conseils des associations sus-citées, des preuves de violation du code de procédure pénale.
L'on retiendra qu'il y a huit ans, du 25 au 28 février 2008, de jeunes camerounais étaient descendus dans la rue pour protester contre la vie chère et le projet de révision constitutionnelle voulu par le chef de l'Etat, et dire leur ras-le-bol. Il y a eu des affrontements avec les forces de l'ordre.
Le bilan  de cette semaine de manifestation est lourd. 40 morts pour le gouvernement, contre 139 morts pour l'action camerounaise pour l'abolition de la torture (Acat), une Ong locale. De nombreux blessés sont enregistrés dans les hôpitaux pendant que les dégâts matériels se chiffrent à plusieurs centaines de millions. Plus de 3000 jeunes arrêtés seront incarcérés dans les prisons. Quelques uns y séjournent encore
A ce jour, aucune enquête n'a permis d'établir les responsabilités et il est un peu difficile pour les familles des victimes de faire le deuil.


Le programme de la 8ième édition de la semaine des martyrs sera rendu public selon les organisateurs dans les semaines à venir.






Notez cet article :
1
2
3
4
5

 Envoyer cet article à un ami
 Articles du même auteur >>