Affaire Ntongo Onguené et Yves Michel Fotso: le Tribunal confirme les charges retenues contre les accusés
Source :  Le Messager : Dernière Mise à jour : 20/11/2012
Lu : 216 fois

L’audience de ce 19 novembre 2012 a favorisé l’ouverture des débats, permettant au parquet de démonter qu’il y a matière à discussion et de susciter cette réaction chez le président du Tribunal.

Lundi 12 novembre 2012, s’est ouvert comme première affaire au Tribunal criminel spécial (Tcs), celle opposant l’Etat du Cameroun et le ministère public à Roger Ntongo Onguené, ex-directeur général des aéroports du Cameroun et Yves Michel Fotso, ex-directeur général de la défunte Cameroon Airlines (Camair) pour détournement de deniers publics en coaction. A la fin de l’audience qui avait duré moins d’une heure de temps, la cause a été renvoyée pour permettre à la défense de présenter la liste de ses témoins, et pour statuer sur le problème soulever par Yves Michel Fotso. Ce dernier avait notamment souhaité rembourser les 263 millions Fcfa qui lui sont imputés.

Une entreprise qui ne lui a pas été facilité par le procureur Nsoga qui a estimé qu’avant le remboursement de cet argent, il fallait d’abord qu’il avoue sa culpabilité. Car, comment peut-il payer pour un fait qu’il ne reconnaît pas si tant est qu’il plaide non coupable. La déduction qui se dégage naturellement est que, s’il désire remettre cet argent, c’est qu’il l’a pris et c’est qu’il est donc coupable. Toutes choses qui ont été réfutées par Me Achèt, avocat d’Yves Michel, arguant que, la loi ne prévoit pas qu’il doit absolument se déclarer coupable avant de faire cette restitution. Il était donc question, selon le président du Tribunal Yap Abdou, que le Tribunal se retire pour réfléchir sur ce qui sera décider au sujet de cette question.

Ce point a donc été en bonne place à l’ordre du jour, dès 09h hier lundi 19 novembre à la reprise de l’audience. Le président du Tribunal a alors autorisé l’ex-Dg de la Camair à rendre ladite somme, mais, sa mise en garde a été claire : ce ne sera pas une raison pour éteindre la procédure.

Tout se poursuivra naturellement. C’est d’ailleurs à cette conclusion qu’est parvenu le Tribunal, à la demande du parquet, après que ses témoins ont déposé. Mme Ndzana, à l’époque contrôleur de gestion de l’autorité aéronautique et A. Ahmadou, sous directeur chargé des affaires financières dans la même structure ont fait des dépositions qui se recoupent. Il en ressort qu’il y a un flou au niveau d’un certaine somme, d’une valeur de 550 Fcfa millions, qui seraient partie de la Camair à destination des Aéroports du Cameroun (Adc) et qui n’a jamais été mentionnée dans les cahiers de compte de la seconde structure. Après leur déposition et la brève réquisition du ministère public, Yap Abdou a confirmé les charges retenues contre ces derniers, et a lu à leur attention, l’article 366 du code pénal, leur permettant de choisir leur moyen de défense. C’est ce qu’ils feront demain 21 novembre 2012, date de la prochaine audience.


Florette MANEDONG






Notez cet article :
1
2
3
4
5

 Envoyer cet article à un ami
 Articles du même auteur >>